Dès le début du XVIIIe siècle, la singularité des villes du Locle et de La Chaux-de-Fonds apparaît puis se confond avec l'histoire de l'industrie horlogère.

 

Toutes deux victimes d'incendies (en 1794 à La Chaux-de-Fonds, en 1833 et 1844 au Locle), elles se reconstruisent sur un consensus entre intérêts privés et publics, entre soucis hygiénistes (peut-être également sociaux) et efficacité de production (économie de l'horlogerie).

A la fin du XIXe siècle, les deux villes connaissent une très grande prospérité dans le domaine de l'horlogerie et de la mécanique, avec des conséquences sur leur développement urbanistique : logements et ateliers se côtoient dans les mêmes immeubles. Au tournant du siècle, on assiste à une spécialisation des bâtiments. C'est l'apparition des fabriques, qui ne cesseront d'évoluer et de s'agrandir jusqu'à aujourd'hui. Le Locle et La Chaux-de-Fonds, exemples exceptionnels de symbiose entre industrie et urbanisme, ont été bâties au XIXe siècle par et pour l'horlogerie.

Davantage d'informations sur www.urbanismehorloger.ch

Emission radio de la RTS qui retrace l'histoire de ce patrimoine unique.